ACTUALITÉS

Un trait d’union entre Beaujolais et Bourgogne

Situé sur les terres beaujolaises au sud, sur le terroir des Pierres Dorées et au nord dans le secteur des crus, notre Domaine revendique un positionnement atypique entre Beaujolais et Bourgogne. En effet, le mariage que nous célébrons dans notre cuvage entre les cépages que nous cultivons et des terroirs sur lesquels ils s’épanouissent, fait naître des vins dont le caractère dégage un réjouissant parfum de Bourgogne, sans jamais renier leurs racines beaujolaises …




Un peu d’histoire


La mésentente entre Beaujolais et Bourgogne n’est pas nouvelle. Les premiers affirment volontiers que le Beaujolais est un vin de Bourgogne, les autres rejettent fermement cette assertion.

Il faut bien dire que les deux appellations ont toujours été intimement liées : le Beaujolais fait historiquement partie de la Grande Bourgogne viticole ; c'est le district bourguignon le plus au sud, et au royaume du vin, le vignoble des Pierres Dorées (mise en valeur par l’UNESCO depuis 2018 au travers du GeoPark) est sans doute aussi l'un des plus beaux vignobles à visiter, avec ses paysages qui rappellent la Toscane, où la vigne est partout.

C’est à la fin du XIVe siècle que l’appellation Beaujolais trouve ses racines. En 1395, en effet, Philippe le Hardi, Duc de Bourgogne, jugeant le cépage Gamay « déloyal » car trop productif, l’exclut de partie septentrionale de la Bourgogne à la faveur du cépage dont il est pourtant issu : le Pinot Noir. Le Gamay trouve alors refuge au sud du duché de Bourgogne, dans ce qui est l’actuel Beaujolais, où il trouve des terres propices à son épanouissement.


Au-delà des luttes d’égo, d’intérêt et de cartographie administrative des territoires, la réalité géologique et climatique s’impose.



carte de projet de l’aire d’appellation Bourgogne par l'INAO

La grande Bourgogne du vin existe et les liens entre les vignobles Bourguignons et Beaujolais sont intangibles. L’INAO (Institut National des Appellations d'Origine et de la qualité) s’est d’ailleurs fait le porte-parole de cette réalité en proposant une délimitation de l’aire d’appellation Bourgogne qui excluait 64 communes de la région Bourgogne et confirmait l’intégration de communes du Beaujolais essentiellement de la région des Pierres Dorées. L’analyse de l’INAO se base sur des critères géologiques caractérisant la typicité des vins de Bourgogne.



Hélas, ce n’est pas en excluant que l’on construit et ces communes de l’Auxerrois, tout comme le fantastique Chablis qu’elles produisent, bourguignonnes de cœur et de tradition, ont évidemment leur pleine place dans l’appellation. Cependant, la démarche de l’INAO a le mérite d’essayer de mettre de l’objectivité dans un débat ou politique et intérêts rejettent la réalité : les sols, les terroirs des Pierres Dorées ainsi que le climat que leur apporte leur altitude, rejoignent la réalité historique et en font des terroirs propres à porter les meilleurs Bourgognes.


Le vin, expression d’un cépage et d’un terroir, façonnée par le vigneron


Le vin est l’expression d’un cépage et d’un terroir, le vigneron façonnant sa personnalité dans le travail de la vigne comme dans la vinification. Cette démarche doit se faire dans le respect des traditions et de l’environnement, ce qui n’interdit pas la modernité et l’innovation.


Le domaine de Fond Moiroux cultive trois cépages : le Gamay essentiellement dans les terroirs des crus du Beaujolais (Moulin à Vent et Brouilly), le Pinot Noir et le Chardonnay, sur le terroir argilo-calcaire des Pierres Dorées.


Le Pinot Noir est un cépage ancien à la peau fine et délicate. Il produit un jus incolore et sucré, véritable miroir du terroir sur lequel il est cultivé, dont il transpose les qualités et les caractéristiques. Il est, par croisement, à l’origine tant du Gamay que du Chardonnay.


Le Gamay, cépage qui règne en maître dans le Beaujolais, donne naissance à des vins rouges fruités, structurés, qui évoluent avec le temps vers des notes plus épicées.


La technique de vinification est également différente entre la Bourgogne et le Beaujolais. Là où les premiers favorisent une méthode de vinification classique, les second préfèrent passer par une macération carbonique ou semi-carbonique. Il en résulte, dans les grandes lignes, des vins aux tanins marqués et possédant une bonne capacité de garde côté bourguignon et des vins plus fruités et gourmand côté beaujolais.


Le domaine de Fond Moiroux vinifie ses vins rouges (comme le Moulin-à-Vent - Gros Vosges) “à la bourguignonne”, en égrappant entièrement les raisins avant de les presser et de leur faire subir de longues macérations et plusieurs pigeages. Les vins ainsi obtenus gardent leur fruit, sont plus élégants et permettent une meilleure garde. Lors de sa vinification, nous nous efforçons d’apporter de la structure au vin et de favoriser l’amplitude de l’expression des arômes de fruits rouges, typiques du cépage Gamay. L’élevage en fût confère à notre Moulin-à-Vent une belle richesse avec des tanins bien équilibrés pour ne pas cacher la rondeur du fruit.


Les terres de nature argilo-calcaire du secteur de Cogny sont particulièrement propices à l’épanouissement de notre Chardonnay. Durant la vinification, les jus issus de ce cépage développent avec panache toute la richesse, la souplesse et de la rondeur, tout en préservant les notes d’agrumes du Chardonnay. Enfin, l’élevage en fût vient sublimer ces cuvées et apporte une belle richesse aromatique avec des notes de fleurs blanches, qui lui confèrent sa juste place parmi les meilleurs Bourgognes Blancs.



Certains trouveront dans nos vins des accents typiquement beaujolais. D’autres préféreront y voir un produit qui fleure bon la Bourgogne. Pour nous, ce sont des vins respectueux de leurs terroirs et de leurs cépages, et sommes fiers d’y voir un trait d’union entre la Bourgogne et le Beaujolais.


Retrouvez plus d'informations sur la page présentant nos vins,

ainsi que celle décrivant notre savoir-faire.



Blason_V2.png